Brooklyn Teens Trip to the Staten Island Children’s Museum

With only a few weeks remaining until we launch our Next Stop: Brooklyn/Dakar exhibit, our team decided to take a trip to the Staten Island to present our work to a group of teens at the Staten Island Children’s Museum. When we arrived at the Staten Island Children’s Museum we were warmly welcomed and immediately jumped into a series of fun icebreakers and reflection exercises. After the exercises, we shared our presentation on the Next Stop: Brooklyn/Dakar project. During the presentation our teens shared some very useful background information about the project and also revealed some behind the scenes  footage of our adventures in Brooklyn. Following the presentation, we were given a wonderful tour of the Staten Island Children’s Museum, courtesy of intern hosts!

Check out some of the photographs from our adventures; they’re posted on our tumblr page!

SICM and BCM group photo

NSBD team with interns from the Staten Island Children’s Museum.

Voyage à Thiès, suite et fin !

Image

Durant ce voyage dans la capitale du Rail, les élèves se sont transformés en réalisateurs, caméramen, preneurs de son, régisseurs et ont interviewé pour les besoins de leur film entre autres, le président de l’association des bambaras, le chef du village Tatène Bambara, un ancien cheminot… ainsi que d’autres témoins de cette histoire des migrants maliens. Le film sera monté par les élèves la semaine prochaine et sera projeté en boucle tout au long de l’exposition du 8 au 22 Juin.

Image

Les impressions des élèves suite à ce voyage :

« Enrichissant »

« Super »

« Délicieux »

« Expérience »

« Joie »

« Merveilleux »

« Agréable »

« Pédagogique »

« Magnifique »

« Important »

« Intéressant »

« Instructif »

« Fabuleux »

« Fatiguant »

« Riche »

« Amusant »

 

Malcolm Shabazz Harlem Market Trip

During a recent trip to the Malcolm Shabazz Harlem Market, located in Harlem, New York, our teens witnessed the bustling community of African immigrants living and working along West 116th Street. On our way to the market we stopped to photograph the various stores and local businesses in the community. Many of the establishments we found there were reminiscent of some of the places we located during our Fulton Street excursion in Bedford Stuyvesant neighborhood of Brooklyn, New York.

Here are some of the photographs we took during our Harlem trip:

W 116th St stores

Photograph of local establishments along W 116th Street, located in Harlem, New York.

Harlem Market Welcome Sign

Photograph of the Malcolm Shabazz Harlem Market welcome sign.

Interviewing Konate Primus

On our last visit to Cumbe, our teens had the honor of finishing their eight week-long Senegalese performing arts learning experience with a final drum circle workshop courtesy the very talented Konate Primus. Before starting the drum lesson, our teens sat down with Konate for a 30-minute interview about his life as an African American drummer, who was heavily influenced by Senegalese arts and culture.

Konate was born in Brooklyn, New York, to parents of both American and West Indian descent. He describes his childhood as being similar to that of any other typical child  growing up in Brooklyn, New York, except the only difference is  instead of hanging out with friends he spent hours learning and practicing African drum rhythms at his parents’ dance school. Although his parents were not of Senegalese descent, Konate and his family had a deep appreciation for the Senegalese culture, which led them to adopt many of the Senegalese customs they practiced at home.

Even after the interview ended, Konate continued to share wonderful stories about how drumming and Senegalese culture has influenced his life and contributed to his growth as a drummer.

NSBD teens interviewing Konate Primus

NSBD teens interviewing Konate Primus.

NSBD learning sabar with Konate Primus.

NSBD learning sabar with Konate Primus.

Learning Sabar with Lamine Thiam and Konate Primus

Once again our adventure has brought us back to Cumbe! This time our students learned percussion with master percussionists Lamine Thiam and Konate Primus.

Lamine Thiam is a world-renowned dancer, choreographer, drummer, and actor. Born in Senegal, Lamine specializes in traditional West African dance and rhythms such as sabar, djembe, and bougarrabou. He has studied at the Consevatoire National du Senegal (in Dakar) and performed with the Songomar African Dance Comapany and Ballet Jo-Kolly.

After interviewing Lamine, our teens sat down with our instructor, Konate Primus and learned about sabar, a traditional drumming style, which developed in ways similar to American jazz. The sabar rhythm we practiced was called takk ci ripp.

Photo of Lamine Thiam

Photograph of Lamine Thiam.

Drumming with Konate Primus

Konate Primus teaching NSBD teens how to play the takk ci ripp rhythm.

Interviewing Malang Bayo

During our final week of learning contemporary dance with Papa Sy, our teens had the honor of meeting the legendary Malang Bayo, master dancer, choreographer and former member of the National Ballet of Senegal. After greeting Mr. Bayo and learning about his recent visit to Senegal our teens sat down with him for a 30-minute interview.

During the interview our teens learned about Mr. Bayo’s exciting career. Malang Bayo is a very accomplished artist. His entire career has been devoted to teaching the art of African song and dance. He is well versed in the folklore and dance of the Wolof, Mandinka, Djola, and Bambara people of Senegal. His own performance company, Mussukeba Sane West African Ballet was founded in 1992. They have performed lectures and demonstrations for schools and colleges throughout the country. In addition to this Malang Bayo has also provided choreography for several dance companies, including Silimbo D’Adeane West African Dance company in Boston, Maimouna Keita School of African Dance in New York, and Teye’ Sa Thiossanne African Dance Company in San Diego.

Photograph of Malang Bayo

Photograph of Malang Bayo during the interview.

Dernière ligne droite et bouchée double

Le compte à rebours commence, jour J – 40 avant l’ouverture de l’exposition Next-Stop Brooklyn /Dakar qui viendra clôturer le projet démarré en Septembre. C’est donc le moment de faire le point par rapport à certains des objectifs du programme à savoir notamment : « Avoir une meilleure compréhension de l’impact des migrants dans votre environnement »

Image

Pour cela, lors  la séance du vendredi 19  avril, nous avons posé aux jeunes les questions suivantes :

Sur la base de toutes les recherches effectuées depuis le début du projet qu’est-ce que vous avez appris ou compris du contexte historique des migrations au Sénégal? Des migrants maliens au Sénégal ?

Quelles seront les questions posées par le film  que vous allez réaliser? Quelles réponses souhaitez-vous apportez aux visiteurs de l’exposition ?

Aujourd’hui, que vous manque-t-il et y aurait-t-il d’autre informations à collecter ???Image

Résultat du brainstorming :

Ce qu’ils ont appris

Interview d’une étudiante ivoirienne. Intégration : difficultés d’apprentissages de la langue, du mode de vie, de la culture.

Témoignage d’une migrante chinoise : Nostalgie du pays natal.

Selon l’étudiant congolais: problème d’intégration pour les nouveaux immigrants, ils quittent leurs pays pour aller étudier, travailler ou trouver leurs proches

Image

Interview de Omar Ndao et Aissatou Bangoura Sy, Maimouna Ka: Le Sénégal est un pays de la Téranga, les  populations sont  accueillantes, la facilité d’intégration , beaucoup de similarité entre les cultures maliennes et sénégalaises , la majeure partie des maliens s’installent à Thiès à cause des deux gares, le voyage en train est apprécié, ressemblances dans les liens (cousinage à parenté), les plats en commun (mafé, yassa, soupe kandja), le désir de retourner dans le pays où ils avaient immigré après être retournés au pays natal, combinaison des cultures maliennes et sénégalaises, présence de noms de quartiers maliens à Thiès (Bambara) , dureté d’aller et de retour, solidarité entre émigrés, accessibilité des maisons des habitants du pays d’accueil, hostilité des pays adoptifs parfois, changement de noms de familles (Diarra devient Ndiaye, Koné devient Diop, Coulibaly devient Cissikho), le Sénégal et le Mali sont de très grands partenaires économique et culturel, la culture malienne n’est pas différente de la culture sénégalaise, les produits arrivent par train (ex : karité, Thioup, encens…..), Le trajet à train du Mali vers le Sénégal permet la découverte de plusieurs paysages, étonnement et surprise par les coutumes du pays accueillant, le train a joué un rôle important dans le commerce Thièssois, la pâte d’arachides équivaut à Tigadégué malien, changements de comportements, impact sur les touristes, Thiès est une partie du Mali , le Sénégal et le Mali formaient une fédération pendant 1 an

Ce qui leur manque

Ce qui se passe au Mali : les raisons de leurs départs, comment partent-ils? Comment réagissent leurs proches ?

Est-ce qu’il y’a des quartiers sénégalais au Mali ? Est-ce que les maliens se comporte bien avec les sénégalais ?

Comment la situation évolue là-bas ?

Est-ce qu’il y a la même dynamique au Mali qu’ici au Sénégal ?

Y a-t-il des légendes à propos de l’émigration des sénégalais

Nous aimerions avoir plus d’informations sur les conditions des voyages dans le train (la nourriture, les escales)

Et une histoire complète sur le trajet et une intégration à Thiès

Comment s’est fait le découpage des frontières entre les deux pays

 

Au programme donc , dans les prochaines semaines : une visite aux archives de la Télévision pour visionner un film sur les migrants sénégalais installé au Mali, un voyage dans la ville de Thiès pour faire des interviews de migrant Malien et une séance avec un réalisateur pour l’écriture du synopsis du film.